ISTANBUL. Dimitrie Cantemir
ISTANBUL. Dimitrie Cantemir
“The Book of the Science of Music” and the Sephardic and Armenian musical traditions

SACD hybrid multichannel stereo
Download on iTunes

Interprètes

Info. sur le disque

Liste des pièces

Commentaires

HESPÈRION XXI
Yair Dalal  oud
Driss El Maloumi oud
Pierre Hamon  ney & flûte
Dimitri Psonis  santur
Pedro Estevan  percussion
Jordi Savall  rebab, vielle et  lire d’archet

MUSICIENS INVITÉES
Kudsi Erguner  ney
Derya Türkan  Istanbul kemençe
Yurdal Tokcan  oud
Fahrettin Yarkın percussion
Murat Salim Tokaç  tanbur
Hakan Güngör  kanun
Gaguik Mouradian  kemancha
Georgi Minassyan  duduk
Haïg Sarikouyomdjian  duduk et ney « Beloul »
Haroun Taboul  tanbur à archet 

Direction: JORDI SAVALL

. Date et lieu d'enregistrement : à la Collégiale de Cardona (Catalogne)  du 12 au 15 Février 2009
. Formats disponibles : SACD hybrid multichannel stereo
. Langues du livret : Français, English, Castellano, Deutsch, Català, Italiano.
. Date de parution : 27/10/2009


  1. Taksim (Kanun, Vièle, Oud, Kemence et Tanbur) Improvisation   2. Der makām-ı ‘Uzzâl uşūleş Devr-i kebīr - Mss. Dimitri Cantemir (118) Anonym (ancien)   3. Los Paxaricos (Isaac Levy I.59) – Maciço de Rosas (I.Levy III.41) Sépharade (Turquie)   4. Taksim (Kanun) Improvisation   5. Der makām-ı Muhayyer uşūleş Muhammes (Mss. D.Cantemir 285) Kantemiroğlu   6. Chant et Danse (2 Duduk et percussion) Tradition Arménienne   7. Taksim (Oud) Improvisation   8. Der makām-ı Hüseynī Semâ’î (Mss. D.Cantemir 268) Baba Mest    9. El amor yo no savia (I.Levy II.80) Sépharade (Esmirna) 10. Taksim (Lira) Improvisation 11. Der makām-ı Şūri Semâ’î (Mss. D.Cantemir 256) Anonyme (ancien) 12. Lamento: Ene Sarére (2 Duduk) Barde Ashot (Arménien) 13. Madre de la gracia (I. Levy III.29) Sépharade (Turquie) 14. Taksim (Kanun, Tanbur, Santur et Oud)  Improvisation 15. Der makām-ı [Hüseynī] uşūleş Çenber (Mss. D.Cantemir 96) Edirne’li Ahmed  16. Taksim & Makam «Esmkhetiet-Yis kou ghimeten-Tchim guichi» Barde Sayat Nova (Arménien) 17. Taksim (Kanun, Tanbur et Oud) Improvisation 18. Der makām-ı ‘Uzzâl uşūleş Berevsan (Mss. D.Cantemir 148) ‘Alí H^äce (Ali Hoca) 19. Venturoso Mançevo (I. Levy II.58) Sépharade (Esmirna) 20. Taksim (Kemence, Kanun, Oud et Tanbur) Improvisation 21. Der makām-ı Hüseynī Sakīl-i Ağa Rıżā (Mss. D. Cantemir 89) Anonyme (ancien)

inici

Au carrefour des deux continents européen et asiatique, ISTANBUL pour les Ottomans, CONSTANTINOPLE pour les Byzantins, est déjà à l’époque de Dimitrie Cantemir (1673-1723) un véritable haut lieu de l’histoire, malgré le souvenir et la présence très évidente de l’ancienne Byzance, elle est devenue le véritable cœur du monde religieux et culturel musulman. Mélange extraordinaire de peuples et de religions elle attire toujours des nombreux voyageurs et artistes européens, Cantemir y débarqua en 1693, à l’âge de 20 ans, d’abord comme otage, puis comme représentant diplomatique de son père qui gouvernait la Moldavie. Il devint un interprète fameux de tanbur, sorte de luth à long manche, et fût aussi un compositeur hautement apprécié pour son ouvrage Kitâb-ül ilm-il mûsikî (Le Livre de la Science de la Musique) qu’il dédia au sultan Ahmed III (1703-1730).  

Tel est le contexte historique sur lequel prend forme notre projet sur « Le Livre de la Science de la Musique de Dimitrie Cantemir et les traditions musicales séfarades et arméniennes ». Nous voulons présenter les musiques instrumentales « savantes » de la cour ottomane du XVIIe siècle, provenant de l’œuvre de Cantemir, en dialogue et alternance avec les musiques « traditionnelles » du peuple, représentées ici par les traditions orales des musiciens arméniens et celles des communautés séfarades accueillies, suite à leur expulsion du Royaume d’Espagne, dans des villes de l’empire ottoman comme Istanbul ou Smyrne.  

Dans l’Europe occidentale l’image culturelle ottomane nous est parvenue très déformée par la longue lutte de l’Empire ottoman pour avancer vers l’occident, ce qui nous a fait oublier la richesse culturelle, et surtout l’ambiance de tolérance et de diversité qui existait dans l’Empire à cette époque. C’est ce que nous fait remarquer Stefan Lemny, dans son intéressant essai sur Les Cantemir, en nous rappelant « que de fait Mahomet II avait, après la prise de Constantinople, épargné la vie des habitants chrétiens et bien plus, puisque quelques années après, il avait encouragé le retour des vieilles familles aristocratiques grecques dans le quartier nommé Phanar, ou Fener, vestige de l’époque byzantine ». Plus tard sous le règne de Soliman – âge d’or de l’Empire – les contacts avec l’Europe s’intensifièrent, en même temps que se développaient les relations diplomatiques et commerciales. Comme le rappelle Amnon Shiloah, dans son excellente œuvre sur La musique dans le monde de l’islam : « Bien que Venise possédait une mission diplomatique permanente à Istanbul, l’Empire se tourna vers la France. Vers la fin du XVIe siècle, le traité conclu en 1543 entre Soliman et ‘le roi des chrétiens’, François Ier, fut un facteur décisif de rapprochement, qui favorisa les rencontres. À cette occasion, François Ier envoya à Soliman un orchestre, en signe d’amitié. Le concert donné par cet ensemble parait avoir inspiré la création de deux nouveaux rythmes (mesures), entrés depuis dans la musique turque : frenkcin (12/4) et frengi (14/4) ».  

À partir de 1601, le Patriarcat de l’Eglise orthodoxe, point de ralliement de l’aristocratie grecque venue de tous les coins de l’Empire, des îles de la mer Egée, du Péloponnèse, des régions européennes ou de l’Asie Mineure… s’installait définitivement dans le quartier nommé Phanar, ou s’étaient déjà installées les vieilles familles aristocratiques grecques après la chute de Constantinople. Ainsi, de par l’existence de ce noyau de population, l’ancienne capitale byzantine continuait à représenter le cœur de l’Orthodoxie de tout l’Empire. À ce titre, l’Académie – ou Grande École – du Patriarcat exerçait une véritable hégémonie culturelle. Se fondant sur la lecture de Cantemir, Voltaire évoque les disciplines qu’on pouvait y étudier : le grec ancien et moderne, la philosophie d’Aristote, la théologie et la médecine : « J’avoue, précise-t-il, que Demetrius Cantemir a rapporté beaucoup de fables anciennes ; mais il ne peut s’être trompé sur les monuments modernes qu’il a vus de ses yeux, et sur l’académie où il a été élevé ».  

Le Livre de la Science de la Musique de Dimitrie Cantemir, qui nous à servi de base comme source historique pour notre enregistrement, est un document exceptionnel à beaucoup d’égards, d’abord comme source fondamentale de connaissance de la théorie, du style et des formes musicales ottomanes du XVIIe siècle, mais aussi comme un des plus intéressants témoignages sur la vie musicale d’un des pays orientaux les plus importants. Ce recueil de 355 compositions (dont 9 de Cantemir lui même), écrites dans un système de notation musicale inventé par son auteur, représente la plus importante collection de musique instrumentale ottomane des XVIe et XVIIe siècles, qui nous soit parvenue jusqu’à nos jours. J’ai commencé à découvrir ce répertoire pour la première fois en 1999, durant la préparation du projet sur Isabel I de Castille, quand notre collaborateur et ami Dimitri Psonis, spécialiste des musiques orientales, nous à proposé une ancienne marche guerrière de cette collection comme illustration musicale à la date remémorant la conquête de Constantinople par les troupes ottomanes de Mahomet II.  

Une année plus tard, au moment de notre première visite à Istanbul à l’occasion d’un concert avec Montserrat Figueras et HESPÈRION XX et d’une rencontre au Centre Culturel Yapı Kredi, nous avons eu la chance de recevoir comme présent, de nos amis d’Istanbul Aksel Tibet, Mine Haydaroglu et Emrah Efe Çakmak la première édition moderne de la musique contenue dans Le Livre de La Science de la Musique de Dimitrie Cantemir. La musique de ce recueil et l’histoire de cet homme m’ont tout de suite fasciné, et je me suis engagé à les étudier l’une et l’autre, afin de mieux connaître cette culture à la fois si proche de nous, mais qui nous paraît si lointaine par pure méconnaissance. J’étais décidé à chercher le contexte historique et esthétique qui permettrait d’en faire un projet intéressant. Six années plus tard, durant la préparation du projet ORIENT-OCCIDENT, j’ai pu sélectionner quatre magnifiques makam qui donnèrent à ce projet une nouvelle dimension du fait que c’était la seule musique orientale qui ne provenait pas d’une tradition orale mais d’une source écrite d’époque. Finalement en 2008, et comme naturelle continuation de ce premier projet de dialogue entre orient et occident, nous avons pu réunir un magnifique groupe de musiciens de Turquie (oud, ney, kanun, tanbur, lyra et percussions), et ensemble avec des musiciens d’Arménie (duduk, kemance et ney « Beloul »), d’Israël (oud), du Maroc (oud) de Grèce (santur et morisca) et les principaux solistes spécialistes habituels d’Hespèrion XXI, nous avons préparé et réalisé cet enregistrement. J’en profite pour les remercier tous de tout mon cœur, très conscient que sans leur talent et leurs connaissances, ce projet n’aurait pas pu se réaliser.  

Pour commencer, le travail le plus délicat était de faire la sélection d’une dizaine de pièces, sur un ensemble de 355 compositions, en choisissant les plus représentatives et les plus variées entre les makam qui nous ont semblé les plus beaux, conscients que ce choix se faisait à partir de notre sensibilité occidentale. Après ce véritable « embarras du choix » il fallait compléter les pièces choisies pour la partie ottomane, avec la réalisation des taskim correspondants, ou véritables préludes réalisés à l’improvisation avant chaque makam. Parallèlement nous avons abordé la sélection des pièces séfarades et arméniennes ; pour le répertoire séfarade nous avons choisi des musiques provenant du répertoire ladino conservé dans les communautés de Smyrne, Istanbul et d’autres régions de l’ancien empire ottoman, et pour le répertoire arménien nous avons sélectionné les plus belles pièces entre les différentes options qui nous ont été proposées par les musiciens arméniens Georgi Minassyan (duduk) et Gaguik Mouradian (kemancha).  

Toutes ces musiques sont aujourd’hui interprétées probablement de manières très différentes de celles correspondant à l’époque de Cantemir, il fallait donc pour connaître d’autres possibilités sur l’interprétation, se pencher sur différents récits, souvent faits par des voyageurs européens, qui nous parlent des particularismes de la musique ottomane dans ces époques anciennes et nous apportent une série de considérations intéressantes sur l’exécution, la pratique, les instruments, les orchestres de cour ou les orchestres militaires et sur les cérémonies des confréries mystiques. Telles les observations de Pierre Belon en 1553, qui nous parle de l’extraordinaire habileté des Turcs à fabriquer des archets et des cordes de luth à partir d’intestins qui « sont plus communes ici qu’en Europe ». Il ajoute que « de nombreux peuples savent jouer d’un ou de plusieurs types (d’instruments), ce qui n’est pas le cas (précise-t-il), en France ou en Italie ». Il mentionne aussi l’existence d’une grande variété de flûtes, et nous parle de la merveilleuse douceur de la sonorité du miskal (flûte de Pan), tandis que le voyageur italien Pietro Della Valle décrit en 1614 que la douceur de cet instrument « n’atteint pas à celle de la longue flûte (ney) des derviches ». Vers 1700 nous pouvons écouter Cantemir lui même nous expliquer que « Peut-être trouvera-t-on étrange en Europe ce que je relève ici, reconnaît-il dans son Histoire de l’Empire Ottoman, sur le goût de la musique chez une nation réputée barbare parmi les chrétiens ». Il admet que la barbarie a pu régner à l’époque de la croissance de l’Empire, mais, avec la fin des grandes conquêtes militaires, les arts, « fruits ordinaires de la paix, ont trouvé place à leur tour dans ces esprits ». Et il conclut sur ces lignes, qui on dû interpeller ses lecteurs européens : « J’ose même avancer que la musique des Turcs est beaucoup plus parfaite que celle de l’Europe du côté de la mesure et de la proportion des mots, mais aussi est-elle si difficile à comprendre qu’à peine trouvera-t-on trois ou quatre personnes qui connaissent à fond les principes et les délicatesses de cet art » (HEO, II p.178)...     

JORDI SAVALL

Edinburgh, Août 2009      

PS. Je tiens à remercier Amnon Shiloah, Stefan Lemny et Ursula et Kurt Reinhard pour leurs importants travaux de recherche et d’analyse sur l’histoire, la musique et l’époque, qui nous ont servi à documenter certaines sources de mon commentaire. 

inici

inici
ALIA VOX · Avinguda Bartomeu, 11 · E-08193 Bellaterra (Cerdanyola del Vallès) · T. +34 93 594 47 67 F. +34 93 594 47 70
legal · web design · aliavox@alia-vox.com · FR · EN · DE · IT · ES · CA